Les Quatre détours de Song Jiang

 & 

Hommage aux rouleaux traditionnels chinois, ce livre-accordéon déploie en perspective cavalière les pérégrinations philosophiques du sage Song Jiang prodiguant ses conseils à quatre camarades, chacun originaire d’un point cardinal.
Huit cartes inspirées des trigrammes taoïstes complètent ce livre-objet qui essaie de jeter un pont, à contre-temps, entre la peinture ancienne et les jeux d’arcade.

Fabrication française (dont une partie du façonnage par nos soins).

Created as a tribute to traditional Chinese scrolls, this accordion-book unfolds in a parallel perspective the philosophical peregrinations of the wise man Song Jiang providing his advices to four comrades, each coming from a cardinal point.
Eight cards inspired by Taoist trigrams complete this book-object which tries to bridge the gap between ancient painting and arcade games.

Manufactured in France (part of it handmade by us).

Presse

· Presse ·

L’objet n’étant pas sans rappeler les manuscrits en rouleaux de la Chine ancienne, Alex Chauvel et Guillaume Trouillard ont adopté ce format pour mettre en scène les visites que viennent rendre à Song Jiang, un vieux sage vivant sur les flancs d’une montagne située au centre du pays, quatre amis de longue date.

Originaires, chacun, d’un point cardinal différent, ces derniers sont venus quérir des conseils pour poursuivre leur existence dans la quiétude et l’harmonie avec la nature.

,

Amoureux de bandes dessinées, de belles lettres et de beaux-arts, Alex Chauvel et Guillaume Trouillard ont réuni leurs talents afin de concevoir un livre-accordéon qui se déploie pour une magnifique balade en quatre tableaux dans la Chine ancienne. (…)

Ce livre-objet précieux, fabriqué artisanalement, contient aussi huit cartes peintes inspirées des trigrammes du taoïsme : le ciel, la terre, le vent, le tonnerre, le feu, l’eau, la montagne et le lac. Une petite merveille.

,

Tout se plie, se déplie, se replie », écrivait Gilles Deleuze. Et surtout cette bande dessinée, dont les pages ne se tournent pas mais se déploient à la manière des antiques rouleaux chinois. C’est en effet en Chine que nous emmènent les pérégrinations des personnages tout droit tirés du classique de la littérature de la dynastie Ming, Au bord de l’eau. Lors de ces voyages, le sage Song Jiang sert de guide, et plus encore de boussole philosophique, à quatre de ses compagnons venus des quatre points cardinaux du pays. Chacun est à la croisée des chemins de son existence, marqué par l’errance, le doute, la lassitude ou la violence. À la manière d’un Socrate, c’est en leur posant des questions plutôt qu’en leur livrant des réponses toutes faites que Song Jiang va leur permettre de poursuivre leurs voies. En cela, il incarne le concept taoïste de wuwei, le non-agir, qui désigne non pas l’inactivité mais le fait de laisser advenir le cours des choses. Et, à mesure que se dévoilent les pages magnifiquement illustrées et fourmillant de détails de ce livre, on s’imagine nous aussi en train de cheminer, nous imprégnant de la sagesse du Tao.

,

Quatre amis comme quatre saisons et quatre directions, avec au centre, à la croisée des chemins, le sage Song Jiang à qui chacun vient rendre visite pour demander des conseils. Dans cet hommage sublime à la peinture traditionnelle chinoise, Alex Chauvel et Guillaume Trouillard se sont inspirés de la sagesse taoïste pour imaginer un livre-accordéon et mettre en scène l’énigme des huit trigrammes, ces concepts fondamentaux du tao au même titre que le yin et yang. Un jeu de contemplation pour méditer dans tous les sens et trouver la voie.

,

C’est dans cet univers magnifiquement peint et dessiné que nous immerge l’extraordinaire livre accordéon de deux jeunes auteurs de BD. Alex Chauvel et Guillaume Trouillard brodent sur le thème traditionnel de la visite au vieil ermite avec un mélange d’humour et de déférence. L’un après l’autre, quatre personnages, un bon vivant, un mandarin, un stratège et un guerrier, amis de Song Jiang, viennent lui demander conseil, tandis qu’ils abordent un âge où l’on a des états d’âme.

,

Une marche mais aussi une introspection loin de l’agitation des temps modernes, de la tyrannie de l’urgence ou de l’injonction au divertissement. On y croise des guerriers et des artistes, des humbles marchands et des puissants mandarins, des philosophes et des voyageurs… un pur concentré d’évasion esthétique et spirituelle.
Entre bande dessinée et univers pictural taoïste, cet objet unique plonge le lecteur dans l’art exquis et délicat de la fresque panoramique. Et nos mains étonnées se retrouvent à dérouler des tableaux peints avec une délicatesse qui rappelle le travail des moines copistes recopiant en lettre d’or des ouvrages précieux. Vous l’avez compris c’est mon coup de cœur pour Noël.

,

Peut-on encore parler de bande dessinée ? Certainement. Mais Les Quatre détours de Song Jiang, signé Alex Chauvel, insatiable expérimentateur, et du dessinateur Guillaume Trouillard, homme-orchestre des éditions de la Cerise, va tellement plus loin.

, Sud-Ouest

Dans un récit composé sous forme d’un livre-accordéon de 24 tableaux qui forment un chemin qui jamais ne se ferme, Alex Chauvel et Guillaume Trouillard composent l’un des plus beaux livre-objet de ces dernières années complété de huit cartes qui symbolisent, dans la philosophie taoïste, les huit trigrammes ou archétypes présents dans la nature qui sont autant de révélations et d’images : Le Ciel, la Terre, le Vent, le Tonnerre, le Feu, l’Eau, la Montagne, le Lac. Composé dans le fond et dans la forme de manière subtile, Les quatre détours de Song Jiang, s’impose comme un livre qui accompagnera le lecteur dans sa propre introspection, dans sa propre révélation au monde. Indispensable.

,

Tout invite à la contemplation et à l’émerveillement dans ce livre-frise qui fait réfléchir et qui émerveille, que l’on plie et l’on déplie à la manière des paroles de Song Jiang.
Un souci incroyable du détail et un amour du livre se font ressentir à travers Les Quatre détours de Song Jiang. Ce livre est une véritable pépite, un ouvrage plein de grâce et de couleurs.

,

A défaut de se dérouler, le temps et l’espace se déplient et nous entraînent dans un fabuleux voyage poétique et philosophique d’outre-temps et d’outre-espace à travers la Chine médiévale dans ce sublime leporello.

,

Les quatre histoires mettent en scène des personnages radicalement différents et font référence aussi bien à l’histoire qu’à la géographie de la Chine ancienne. (…) L’ensemble rappelle un orientalisme autrefois à la mode et ici revisité avec le respect né de l’étude d’une civilisation.

Les choix graphiques, mais aussi de fabrication, appuient encore la force de cet hommage.(…) Une pochette contient huit cartes dessinées qui présentent Song Jiang prononçant quelques aphorismes. Inspirées des trigrammes taoïstes liés aux éléments naturels comme la Terre, le Vent, le Tonnerre et le Feu, ces cartes contribuent à l’atmosphère dépaysante de l’ouvrage. Elles participent aussi de l’hybridation entre bande dessinée et arts graphiques chinois, qui est à la base du projet et qui rejoint les recherches artistiques de Guillaume Trouillard et Alex Chauvel.

,