OTTO

Par une nuit d’orage, un chien fugue et disparaît. Champs à perte de vue, ciels immenses aux lumières changeantes, désert angoissant ou immense terrain de jeu, nous suivons la déambulation d’Otto, faite de contemplations de paysages et de rencontres fugaces avec d’autres animaux. Replongeant avec nostalgie dans ces décors qui l’ont tant marqué, Charles Nogier déroule au fil du pinceau cette narration muette à la beauté organique.

One stormy night, a dog runs away and disappears. Through fields as far as the eye can see, shifting lights on immense skies, frightening desert or huge playground, we are following Otto’s wander made of landscape contemplations and fleeting encounters with other animals. With a rush of nostalgia, Charles Nogier dives back into the sceneries that marked him so much and unfolds this silent narration full of organic beauty.

Presse

· Presse ·

En état de grâce, jonglant avec le blanc, le bleu et le noir, Charles Nogier offre un ouvrage renversant de beauté, saisissant la substance de l’animal dans ses moindres mouvements et mimiques. Sous un pinceau inspiré et précis, LE livre du chien qu’on referme avec une sensation de complétude, comme si toute autre ambition de traiter le sujet était promise au superflu.

,

Les pages vibrent du bruit de la brise dans les feuilles, de chants d’oiseaux, de crissements d’insectes. OTTO renoue avec une tradition du récit animalier, invitant le lecteur à prendre le temps de regarder le monde qui l’entoure et de se rappeler sa beauté.

,

OTTO vacille entre légèreté et noirceur. Par la simplicité du choix de son cadre et de ses couleurs, Charles Nogier nous entraîne dans un récit d’une grande fluidité. Le réalisme et la vivacité de sa peinture créent tout un univers sensoriel. La technique lui vient de l’animation : de la peinture à l’huile sur rhodoïd.

,

· Du même auteur ·